L’esclavage dans l’islam

Le nouveau numéro du magazine est disponible ! Commandez-ici !

Nos thèmes actuels:
Quelle dignité pour la fin de vie ? – Yvan Bonjour
Quelle dignité pour la fin de vie ? Telle est la question que je me suis posée au moment du vote vaudois du 17 juin 2012 autorisant la pratique du suicide assisté en établissement sanitaire. Pour un infirmier dont le socle éthique est de promouvoir la vie, il s’agit d’un profond renversement de valeurs. Actif dans les soins dès le début des années 80, je n’aurais jamais imaginé qu’on en arrive, aujourd’hui, à aider un patient à se suicider sur mon propre lieu de travail.

L’esclavage dans l’islam – Laila Mirzo
Que penseriez-vous si je vous disais que l’esclavage est encore monnaie courante dans les pays où nous passons des vacances de luxe ? Dans les riches pays du Golfe, de l’Arabie saoudite à l’émirat de Dubaï, des Arabes fortunés ont à leur service des travailleurs étrangers dans des conditions proches de l’esclavage.

Les lois à caractère discriminatoire … – Amine Abdelmajide
Le saviez-vous ? La journée du 11 septembre est consacrée aux discriminations qui touchent les musulmans en Suisse. Je saisis cette occasion pour préciser que si les discriminations existent en Suisse, elles ne sont pas institutionnalisées dans la législation de ce pays. Elles peuvent résulter d’actes liés à des personnes. Par contre, je tiens à relever un fait très important : les citoyens suisses originaires de pays musulmans possèdent très souvent la double nationalité. Dans ce cas, ils sont soumis aux lois de leur pays d’origine quand ils y séjournent. Ils sont ainsi confrontés à de nombreuses lois à caractère discriminatoire. Dans mon cas personnel, notre fils est confronté à des discriminations qui sont institutionnalisées dans l’immense majorité des pays musulmans.

Les regrets et la souffrance des pères après l’avortement – Jeanne Smits
Le tabloïde britannique Daily Mail publie un long article sur les regrets et la souffrance des pères après l’avortement. Sujet largement tabou au nom du politiquement correct qui impose la reconnaissance de l’avortement comme « un droit des femmes », il fait ainsi son entrée dans un journal de la grande presse du Royaume-Uni, qui vise un public populaire et qui y réussit d’ailleurs fort bien, puisqu’il annonce aujourd’hui quelque 2 millions d’exemplaires vendus quotidiennement dans les pays anglophones.

Commandez maintenant le tout nouveau magazine

2017-12-18T13:10:25+00:00 23.08.2017|