Les fécondations in vitro déchirent les couples

C’est un article du DailyMail qui se penche sur ce sujet cruel, mais sans grande surprise – on ne force pas la nature sans prendre des risques. Ces couples, sur lesquels se penche le media britannique, ont peut-être eu les bébés qu’ils désiraient, grâce à des fécondations in vitro (FIV), mais l’épreuve a bouleversé leur union amoureuse, parfois même, l’a fait éclater…

Par Clémentine Jallais

Alors qu’aujourd’hui, on fête le 40e anniversaire de la première greffe réussie d’un embryon cultivé dans un tube à essai (la petite Louise Brown, née le 25 juillet 1978), il serait bon de réaliser les effets produits par ce « forcing » opéré en laboratoire. Non seulement sur ces six millions d’enfants advenus depuis, mais aussi sur ces parents, qui, souvent, ne résistent pas aux tensions des traitements.

Une « bénédiction mitigée »

« Le couple à l’épreuve de l’éprouvette », titrait un dossier de Psychologies.com. Le DailyMail parle, lui, d’une « bénédiction mitigée ».

Justine Bold a fait trois fausses couches et cinq FIV. Après cinq ans de sacrifices financiers et d’angoisse intérieure, elle a mis au monde ses jumeaux, Otto et Orin dont les sourires lui ont fait tout oublier. Mais son mari la quitte alors qu’ils ont tout juste 16 mois… Jessica Hepburn, 47 ans, qui a fait, sans succès, 11 cycles de FIV, l’avoue : c’est « certainement un catalyseur de la séparation ».

« L’obtention » d’un bébé prend le pas sur la préservation du couple, le « je veux », sur le « je dois ». Une réalité qui a été confirmée par des chercheurs danois, en 2013 : il y a trois fois plus de divorces parmi les couples qui ont fait plusieurs tentatives de FIV que pour les couples ayant un enfant.

A qui la faute ? A ces médicaments que prend la femme pour augmenter sa fertilité, provoquant sautes d’humeur et baisse de la libido. A la longueur du traitement, à ses échecs répétés, à l’attente insupportable… à la pression financière, enfin, qui fait dépenser au couple des dizaines de milliers de livres (en France, la Sécurité Sociale prend en charge à 100 % quatre tentatives complètes de FIV).

Des bébés à tout prix

Et le plus souvent, c’est l’homme qui craque, pour ainsi dire. Car s’il est dans la nature de la femme d’éprouver le désir de procréer, de réaliser la maternité inscrite dans ses gènes, l’homme est davantage en retrait : comme le disait une psychologue britannique citée, il est davantage disposé à accepter que l’enfant n’arrive tout simplement pas.

Parce qu’on lui en donne le pouvoir, la femme pourra aller jusqu’à mettre en péril, involontairement, inconsciemment, la matrice biologique et humaine qui doit engendrer et élever ses enfants. Le coût de ces manipulations dont on a loué la modernité et la liberté a un prix bien plus élevé qu’on ne veut l’avouer…

Et pourtant le nombre des enfants issus d’icelles représentent aujourd’hui en France, 3,1 % des naissances – l’explosion des recours aux techniques de procréation médicalement assistée touche tous les pays développés. Alors même que les taux d’échecs restent conséquents : au bout de cinq années de traitement, trois femmes sur cinq, seulement, verront leur rêve s’accomplir.

Les risques des FIV… encore peu connus

Les risques physiques sont toujours aussi minimisés, voire oblitérés. On évoque doucement les risques de fausses couches, de grossesses extra-utérines et de grossesses multiples difficiles – avec le dommage collatéral « inévitable » de l’avortement. Sans compter que le risque de donner naissance à un enfant mort-né, un bébé prématuré ou de faible poids est multiplié par cinq dans le cas des FIV…

Quant aux enfants issus de ces fécondations in vitro, les incertitudes demeurent (rappelons qu’aucune de ces méthodes n’a été testée sur des animaux). En 2012, une étude scientifique suisse révélait que ces enfants avaient un risque accru de souffrir d’un dysfonctionnement cardio-vasculaire prématuré. En 2013, une autre étude, danoise, indiquait que les enfants dont les mamans avaient suivi un traitement contre la stérilité, avaient 18 % et 22 % de risques de souffrir de leucémie ou d’un cancer des glandes endocrines…

Pourquoi s’étonner ? En contournant les critères de sélection naturels (tout particulièrement lors des injections intracytoplasmiques, 63 % des FIV), on multiplie la probabilité d’anomalies chromosomiques ou de malformations congénitales… Celles-là, en général, la sélection d’embryons ou les diagnostics prénataux permettent de les éliminer, (quoiqu’en 2016, au Royaume-Uni, est né un bébé FIV atteint de mucoviscidose, un « incident de degré A » selon la norme !), mais restent les autres, dont toutes les faiblesses ne sont pas encore connues.

Le corps féminin réclame, jeune, ses enfants !

On n’accepte plus que les fumeurs s’intoxiquent, eu égard aux risques encourus. Mais, au nom du sacro-saint progrès du monde moderne, on permet, voire on enjoint aux couples infertiles ou stériles de recourir à la science. Peu importe les conséquences – quant aux dégâts psychologiques, humains, il est encore moins question. Le principe de précaution est décidément à géométrie variable.

On prétextera l’infertilité, au demeurant très réelle et grandissante des couples (et en particulier des hommes) dans le monde développé. Mais de la fertilité des jeunes femmes avant trente ans, on ne dira mot. « Dans les écoles, on nous dit comment ne pas tomber enceinte, mais on ne nous dit pas ce que nous devons savoir au sujet de notre cycle de fécondité » regrette Jessica Hepburn.

Les femmes ont leur premier enfant de plus en plus tard. Carrière, fortune, épanouissement sexuel… on leur dit qu’il y a le temps et, surtout, qu’il faut toujours pouvoir choisir. Que la science sera là pour elles – ce peut être malheureusement à leur dépens.

 

Source: Réinformation.tv

2017-12-27T08:47:09+00:00 04.01.2018|