Startseite Alt+0Navigation Alt+1Inhalt Alt+2Kontakt Alt+3Suche Alt+5
 

Mariage et famille

 
 
 

14.04.2016

Le mensonge d’Obama sur le mariage gay

Anne Dolhein


(Source: www.wikipedia.org)

La volonté de faire légaliser le « mariage » gay fait partie des raisons qui ont poussé Barack Obama à se lancer dans la politique. On pouvait s’en douter, mais jusqu’ici le président des Etats-Unis avait fait mine d’avoir changé d’avis sur ce chapitre : avant d’être élu à la Maison Blanche, il jurait ses grands dieux qu’il croyait à la « sacralité » du mariage « traditionnel ». Un courriel de propagande envoyé par le Parti démocrate à ses adhérents et sympathisants vient de changer tout cela : Obama y parle de son soutien constant au « mariage » des couples homosexuels.

« Pour moi, créer une union plus parfaite signifie qu’il nous faut faire tout ce qui est en notre pouvoir en tant que dirigeants pour rendre la vie de nos enfants meilleure que la nôtre », écrit Obama : « Il s’agit de décider que dans ce pays, l’accès aux soins est un droit et non un privilège. D’obtenir le droit à l’égalité d’accès au mariage dans la loi pour chaque Américain, quelle que soit la personne aimée. Aider à assurer que nos petits-enfants héritent d’une planète en bon état. Ce sont toutes ces choses – et tant, tant d’autres – qui expliquent que je me sois un jour engagé dans la politique. »

Où est le mensonge ? Eh bien, la première fois que Barack Obama a pris publiquement position pour dire qu’il pensait que les homosexuels peuvent se « marier », c’était en mai 2012 – sa quatrième année à la Maison Blanche. Il déclarait alors : « J’ai évolué sur cette question. A un moment donné, j’ai conclu que pour moi, personnellement, il est important d’aller de l’avant et d’affirmer que je pense que les couples de même sexe doivent être en mesure de se marier. »

En 2008, il déclarait encore : « Je crois que le mariage est l’union entre un homme et une femme. Je ne suis pas favorable au mariage gay. » C’était en pleine campagne présidentielle. Lors d’un débat modéré par le pasteur d’une méga-église, il allait plus loin : « Je crois que le mariage est l’union entre un homme et une femme. D’ailleurs pour moi, en tant que chrétien, c’est aussi une union sacrée. Dieu fait partie de l’affaire. » En 2010, devant des bloggeurs de gauche, il assurait croire encore au mariage traditionnel. On devait retrouver en 2011 un questionnaire qu’Obama avait rempli en 1996, disant qu’il était favorable au « mariage » des couples de même sexe : le directeur de la communication de la Maison Blanche Dan Pfeiffer s’était empressé d’attester que le questionnaire avait été rempli par un autre, Obama « n’ayant jamais été favorable au mariage homosexuel ».

Obama a toujours soutenu le mariage homosexuel

S’il faut en croire ce que dit maintenant Obama dans son courriel, tout cela n’était que mensonge. Un mensonge destiné à tromper ses électeurs potentiels. Son ancien directeur de campagne David Axelrod a déjà raconté dans un livre de souvenirs qu’Obama avait menti sur la question parce que dire la vérité eût été un « suicide politique » – notamment en raison de l’hostilité des électeurs chrétiens noirs. Axelrod se targue d’avoir obtenu que « son » candidat taise son avis personnel et se déclare seulement en faveur des unions civiles.

En 2012, nouvelle étape… nouveau mensonge ? A ce moment-là le président des Etats-Unis assurait que la question du « mariage » homosexuel devait être réglée au niveau des Etats. Il n’allait pas falloir attendre beaucoup pour que son administration mette tout son poids dans le combat pour une redéfinition du mariage par la Cour suprême – Obama ne quittera pas le pouvoir sans s’être réjoui de la décision Obergefell v. Hodges. Voici le « mariage » gay érigé en droit constitutionnel.

Et maintenant, un aveu sur les manœuvres pour imposer le mariage gay via la Cour suprême ?

Feu le juge Antonin Scalia, dans son opinion dissidente dans cette affaire, annonçait qu’en prenant ce chemin absurde, la Cour suprême s’exposait à un réveil des consciences des Américains, qui découvriraient à quel point elle a outrepassé son rôle et ses droits, pour la réduire à l’impuissance. « Avec chaque décision… péremptoirement fondée non sur la loi, (la Cour) fait un pas de plus vers le moment où elle se verra rappeler son impuissance. »

Le gros mensonge d’Obama sur le « mariage » gay en cache d’autres, connus. Depuis les déclarations sur le climat jusqu’à la promesse, rétractée par la suite par la Maison Blanche elle-même, qu’avec l’Obamacare les Américains pourraient conserver l’assurance et les soignants qui leur plaisaient, le président des Etats-Unis a multiplié les déclarations qu’il savait fausses. Nombre de mensonges ont été démontés. Pour combien de mensonges inconnus ?