Startseite Alt+0Navigation Alt+1Inhalt Alt+2Kontakt Alt+3Sitemap Alt+4Suche Alt+5
 

Islam

 
 
 

11.12.2014

Une association humanitaire finançait l’Isis

Il y a différents types d’ONG. C’est ce qu’ont découvert les Français quand, convaincus de venir en aide aux enfants dévastés par la guerre en Syrie, ils ont réalisé avoir au contraire financé le djihad. L’association s’appelle Perle d’espoir. Ses affiches montraient le regard grand et triste d’un enfant et son slogan était clair : « La Syrie a besoin de vous ». D’après les services de renseignement, cette association, en apparence caritative, profitait de ses convois humanitaires pour financer des groupes de combattants syriens.

Selon le quotidien “Le Monde”, ses deux principaux dirigeants, Nabil O., 22 ans, et Yasmine, 34 ans, ont été accusés. Selon la Direction de la sécurité intérieure (DGSI), l’argent et les aides humanitaires reçus seraient parvenus directement à l’Isis pour soutenir économiquement son inhumaine cruauté.

On y cite deux cas. L’été dernier, un convoi parti de la France, chargé de matériel médical, est arrivé jusqu’au fief de la Brigade des faucons du Cham, affilié au Front islamique. Le deuxième cas : en septembre, Perle d’espoir a lancé un nouvel appel aux dons, Un mouton pour Aïd. Le 9 octobre, les deux responsables se sont envolés pour la Turquie. A la douane de Lion, ils ont été contrôlés, « chacun en possession de 9 900 euros en liquide, une somme qui leur permet d’échapper à l’obligation légale de déclaration douanière, fixée à 10 000 euros ». Le quotidien précise, cependant, que « seuls 6 000 euros seront consacrés à l’achat de moutons, le reste de la somme étant remise à des groupes de combattants ».

Toujours d’après “Le Monde”, la page Facebook de Nabil, originaire d’Argenteuil, serait extrêmement inquiétante : il publie des « photos le montrant en armes et des images de décapitations, il reproduit le drapeau noir des djihadistes ». Maintenant il se trouve en détention provisoire, tandis que Yasmine est placée sous contrôle judiciaire. Mais combien d’ONG comme celle-ci sont encore actives ?